Survivalisme : de Walking Dead à la vraie vie

Le courant survivaliste se développe de plus en plus, et les causes de ce regain d’intérêt pour cette pratique sont nombreuses : la télévision, les séries, des tutoriels Youtube, des livres, mais également le climat de craintes qui courent dans la société. Pourtant, on a encore tendance à imaginer les survivalistes comme des paramilitaires surarmés prêts à tout pour ne pas mourir en nature. La réalité est assez éloignée et les nouveaux survivalistes sont plus écolos que militaires !

survie en foret

L’écran comme vecteur principal du survivalisme ?

Il fut un temps où on considérait les survivalistes comme des illuminés, des fous ou des ermites, qui se préparaient à une fin du monde qui ne viendrait jamais (ou en tout cas, bien plus tard que prévu !). Rappelez-vous ce fameux 21 décembre 2012 ! A cette date, les Maya auraient annoncé que le monde toucherait à sa fin, et certains s’y étaient préparés. Bien sûr, les plus sceptiques riaient d’avance et les télévisions n’ont pas manqué de couvrir l’événement, à leur façon. Elles se sont concentrées sur des personnages caricaturaux, déguisés en Extraterrestre et prêts à accueillir les envahisseurs, ou sur des individus un peu foufou qui priaient au sommet d’une montagne en attendant la Fin.

Bien sûr, cette couverture médiatique n’a pas plus aux vrais survivalistes. Cliché, absurde dégradant, de nombreux adjectifs ont qualifié le traitement qui a été fait de ce courant lors de cet hiver 2012. Et comme la fin du monde n’a finalement pas eu lieu, il est temps de corriger cette image erronée.

Il faut dire que l’image qu’on les gens du survivalisme est fortement influencée par ce que leur montrent les écrans. De très nombreux films catastrophes, à grand renfort d’effets spéciaux, placent les héros dans des situations désespérées desquelles ils ne sortent vivant que grâce à leurs astuces de survivalistes. Idem pour les séries télévisées, dans lesquelles on voit des personnages lutter en milieu hostile pour survivre à une catastrophe. La plus connue ? The Walking Dead, dans laquelle Rick et ses partenaires doivent tenter de ne pas mourir alors que leur environnement est devenu terriblement sauvage.

Ce qu’on voit à la télé montre un survivalisme individualiste, ou l’on se sort de situation grâce au talent de l’un ou de l’autre, grâce à la force d’un protagoniste ou à l’intelligence d’un autre. Pourtant, les pratiquants vous le diront : ce n’est pas ça l’essence de ce courant de survie !

survie TWD

Survivalisme et idéologie : ne pas tout mélanger !

Ceux qui participent aux Stages Survivor vous le diront : le plus important, c’est de s’aider ! Il faut connaître ce qui vous entoure, bien sûr, mais aussi avoir confiance dans les autres ! Et si vous êtes capables de créer un abri solide, de vous nourrir et de vous chauffer, alors vous vous en sortirez.

Le survivalisme actuel, c’est réapprendre les bases de la vie en nature. On a perdu ce contact avec notre environnement, à cause des nombreuses évolutions technologiques qui nous facilitent tout. Qui sait encore faire une torche quand vous avez une lampe de poche sur votre iphone ? Ceux qui souhaitent apprendre les techniques de survie sont de plus en plus des écologistes convaincus, des amoureux de la nature, qui souhaitent retrouver cette proximité avec le monde dans lequel ils vivent. Bien sûr, certains pratiquants sont toujours animés par les craintes d’une apocalypse proche. Peur d’un effondrement technologique, d’une guerre civile ou nucléaire, d’une catastrophe écologique qui obligerait les Hommes à retourner aux sources.

Mais les néo-survivalistes que l’on croise au Salon du Survivalisme, que l’on voit parfois dans des émissions télé, ou ceux qui animent les tutoriels de survie sur Youtube refusent, pour la plupart, l’amalgame trop souvent fait entre survivalisme et idéologie politique d’extrême-droite. On n’a rien avoir avec un Soral ou un Piero San Giorgio ! clament-ils. Ces gens-là prônent une compétition entre les gens, et jouent sur la peur de l’autre. Nous, c’est l’inverse !

Le survivalisme évolue donc avec son temps et touchent désormais des franges de la population très variées !

Leave a Reply